© 2023 par ETIKlab avec amour

Sophia Antipolis


06901 Biot - France

 

 


E-mail : info@etiklab.fr


Tél : 06 51 59 90 85


  • Black Facebook Icon
  • Black Instagram Icon
Rechercher

SOLDES - l'autodestruction humaine


Travailler pour pouvoir dépenser, dépenser parce qu’on a travaillé.


Un cercle vicieux de l’économie d’aujourd’hui “fast-fashion” - les marques nous incitent à acheter avec des rabais exceptionnels lors des périodes des soldes et des ventes privées mais au détriment non seulement des finances de petits commerçants mais aussi de la nature.


Pour rappel, contrairement aux autres périodes des promotions commerciales, les soldes sont les seuls moments où les commerçants peuvent vendre à perte. D'où des réductions très intéressantes, allant jusqu'à 70 %...


La production vestimentaire mondiale a doublé ces 15 dernières années. Une personne achète 60% de vêtements de plus qu'il y a 15 ans, et garde chaque pièce deux fois moins longtemps, selon une enquête McKinsey.

Le résultat est la surproduction et comme conséquence la surconsommation des ressources naturelles, notre planète se retrouve avec des tonnes et des montagnes de déchets de tous les types.

La « fast-fashion » génère déchets, pollutions, gaz à effet de serre et ne peut pas, à ce stade, être solutionnée à 100% par le recyclage, selon Greenpeace.


Greenpeace dénonce entre autres l'utilisation de produits chimiques toxiques par l'industrie du textile et l'utilisation massive de matériaux synthétiques, comme le polyester désormais présent dans 60 % de nos vêtements et surtout des vêtements de sport. Le polyester qui émet plus de CO2 que le coton, a du mal à se dégrader et contient des microfibres de plastique - le poison des océans.

L’industrie du textile est devenu la deuxième la plus polluante du monde après celle du pétrole. En effet, 25 % des produits chimiques produits mondialement sont utilisés dans les textiles qui polluent l’eau, la source de vie.


"Les guerres du futur ne seront pas menées pour du pétrole, mais pour l'eau" alerte Kumi Naidoo, directeur exécutif international de l'ONG Greenpeace.

0